Archives des articles tagués zazen

shutterstock_270113804

Rien ne presse…

Lorsque vivant dans la Forêt Noire, nous croisions Graf Dürckheim sur le chemin qui traverse le village, il s’arrêtait et, avec un sourire malicieux, il nous disait : « Rien ne presse… » .
Rien ne presse !
Lorsqu’il est arrivé au Japon, ce qui a fasciné Graf Dürckheim, au point de l’écrire dans un des premières lettres adressées à sa famille, est le fait que les maîtres zen qu’il rencontrait lui donnaient l’impression « d’avoir toujours infiniment de temps intérieurement ».
La maturité de l’être humain – qu’il soit japonais ou français – se révèle dans le calme intérieur avec lequel l’homme accomplit une action : une manière d’être qui, où qu’il aille et quoi qu’il fasse, ne laisse pas place à la précipitation.
L’immaturité du corps qu’on est (Ichleib ;  Je suis corps) se manifeste dans un état d’être tendu et dans le besoin obsessionnel d’aller vite et de tout faire vite. Cette addiction à la vitesse témoigne que l’être humain est identifié au niveau d’être qu’est son ego et qu’il n’est plus en contact avec sa vraie nature, sa propre essence.

La tyrannie de la vitesse conduit à une manière d’être qui apparaît à certains comme étant inéluctable et … normale. Quelqu’un me disait dernièrement : « Mais, Monsieur, tout le monde court aujourd’hui ; c’est l’époque à laquelle nous vivons qui veut ça ! ».
Ah oui ? Etre en chemin ce n’est pas se contenter ou se sentir obligé de faire comme … tout le monde ; ce n’est pas rester conditionné à l’esprit du temps et se bourrer de médicaments afin de continuer à vivre d’une manière sotte sans plus ressentir les symptômes de cette manière absurde de vivre.

La méditation de pleine attention est la culture du calme intérieur, la culture du silence intérieur. Ce qui conduit, dans la vie de tous les jours, quelle que soit notre activité existentielle, à avoir infiniment de temps intérieurement.
Rien ni personne ne peut m’empêcher de marcher tranquillement de la salle de bain à la cuisine. Que ce soit sur la rue ou sur votre lieu de travail, rien ni personne ne peut vous empêcher de vous déplacer sans être soumis au diktat de la vitesse.
Lorsqu’elle elle ne s’impose pas pour sauver sa peau ou sauver une personne en danger, la vitesse est une fuite en avant. Aller vite ! Faire vite! C’est donner plus d’importance au monde extérieur qu’à notre vie intérieure.
Allez où il vous faut aller ! Faites ce que vous avez à faire ! Mais vraiment… « Rien ne presse ! »

Jacques Castermane

CENTRE DURCHEIM
La lettre d’information – août 2016
Publicités

phoenix_003wtmk

Nice et le Japon : zen beaucoup…

Comme chacun sait, Nice nourrit avec les anglais comme avec les russes une relation historiquement privilégiée. Mais il semblerait que Nice entretienne également des liens forts avec le Japon. C’est à cela que je pensais la semaine dernière à la fin de mon interview de Noriko Onda, maître d’Ikebana et intervenante au Musée des Arts Asiatiques de Nice. En écoutant le parcours de ce petit bout de femme sans âge aux gestes sûrs et libérés, je réalisais soudain que j’avais bel et bien devant moi un authentique maître de l’art floral traditionnel japonais. En la regardant réaliser sous mes yeux une superbe composition avec une extraordinaire économie de mouvements, je compris que cela ne tenait pas seulement au titre reçu il y a plus de 30 ans sur un rouleau-certificat. Je me suis déjà expliqué dans un précédent post sur ce que représente pour moi cette notion de maître (maître ou pas maître, telle est la question). Nous n’y reviendrons pas : le concept pour moi n’est pas galvaudé.

Je faisais juste ce constat : plus discrètement que le style slave, le nippon way of life est représenté à Nice de la plus belle manière. Pour ce qui est de l’aïkido, la cinquième ville de France a longtemps abrité le Dojo d’un certain Christian Tissier. Elle continue d’accueillir celui d’un autre shihan du « zen en mouvement » : Daniel Jean-Pierre. C’est également à Nice qu’a élu domicile, un représentant européen majeur du Bouddhisme Zen Sôtô : Roland Yuno Rech. Héritier de maître Taisen Deshimaru, appelé « le bodhidarma des temps modernes », il enseigne la pratique de la méditation assise, ou zazen, et la voie du bouddhisme zen en toute discrétion dans son dojo de l’avenue Notre Dame. Et pour revenir au Musée des Arts Asiatiques, si ses collections concernent l’ensemble de l’Asie (Chine, Inde, Japon…), c’est à l’architecte japonais Kenzo Tange, aujourd’hui disparu, que l’on doit ses lignes épurées particulières, cette beauté aérienne. Dans un tout autre registre, on peut citer également la présence sur Nice de Christophe Pinna, un des karatékas français les plus titrés, dont 5 titres mondiaux. Mais revenons à un peu plus de sérénité et de douceur avec les compositions florales de maître Noriko Onda. Car outre l’extrême qualité des représentants des arts nippons à Nice, une autre pensée me vint à la fin de mon interview. Je ne vais pas trop « spoiler » mon sujet commandé pour l’édition estivale du magazine Couleur Nice. Je voudrais juste dire que l’on reproche souvent à l’approche japonaise une certaine rigidité, un excès de rigueur et de formalisme. Pourtant, pour pratiquer régulièrement deux des disciplines citées ci-avant, je sais depuis longtemps qu’il ne faut pas s’arrêter à cette apparente tendance des japonais à tout ritualiser. Ce qui caractérise l’approche nippone c’est surtout la capacité à investir pleinement sa conscience dans toute activité entreprise, qu’elle soit empreinte de sacré ou non, qu’il s’agisse de servir le thé ou de vider son verre de saké. La « pleine conscience » est une philosophie incarnée qui est une des signatures du pays du soleil levant. Et la liberté dans l’histoire ? J’y viens…

Il existe environ 3000 écoles d’Ikebana au Japon. Toutes s’appuient sur un principe ternaire qui était originellement : terre-ciel-humanité. Chacune a aujourd’hui décliné a sa façon ce triangle fondateur : 1ère branche – 2ème branche – 3ème branche par exemple… Et dans le style que vous pratiquez, madame Onda, comment se décline ce principe ? Elle rit : à partir d’un certain niveau, on est dans une pratique libre… « Soyez naturels » martèle sans cesse Daniel Jean-Pierre. « Ne cherchez pas à prendre le contrôle des pensées et émotions » rappelle maître Roland Yuno Rech, dans un souffle, au beau milieu d’une séance de zazen. Sous l’apparent formalisme, derrière le cérémonial un poil guindé, l’inimitable discipline nippone est surtout invitation efficace à la spontanéité…

%d blogueurs aiment cette page :