Archives des articles tagués politique

Ces philosophes et journalistes voix de leurs maîtres.

A peine publié il y a deux semaines, que « Crépuscule » de Juan Branco (édition AU DIABLE VAUVERT) se hisse dans le top des ventes des livres politiques. Et ce, malgré l’assourdissant silence des éditorialistes patentés des grands médias de ce pays. En fait, ce silence n’est que le formidable aveu qui cautionne précisément la thèse de Juan Branco.
« Un décorticage des mécanismes par lequel le système oligarchique a placé Emmanuel Macron au pouvoir : c’est ce qu’opère le livre de Juan Branco, en flagellant les médias serviles qui servent l’oligarchie » nous explique Hervé Kempf dans l’article qu’il lui consacre sur Reporterre.net

A ce stade de la régression démocratique en notre douce France, Il faut en profiter surtout pour relire le très visionnaire essai de Serge Halimi, « Les nouveaux chiens de garde » paru il y a plus de 20 ans ! Il faut lire ou relire dans la foulée, l’ouvrage dont le titre a inspiré cet essai : « Les chiens de garde » de Paul Nizan, publié entre deux guerres mondiales… Dans ce dernier, les chiens de garde du système sont les philosophes universitaires. Dans le premier, ce sont les journalistes. En 2019, de Luc Ferry à Jean-Michel Apathie, ou de Finkielkraut à Barbier, La République des philosophes et des journalistes aboit effectivement avec une parfaite coordination contre tout ce qui vient toucher de près ou de loin aux intérêt des maîtres. Ces dix milliardaires qui ont fait main basse sur 90% des médias français… 1932, 1997, 2019… On a beau nous décrypter les ficelles et les boniments, rien n’y fait donc. La perversité du système actuel est telle par exemple, que dans la chasse aux « théories du complot », on finira bien par vendre aux gens que le concept même de complot n’a aucune réalité. Rien ne s’ourdit ni se ne complote dans l’ombre braves gens ! Dormez bien ! L’être humain en son extraordinaire difficulté à ne pas être en mode ON/OFF…

Comment il disait déjà Niel avec cette belle élégance de patron-prédateur décomplexé ? Ah oui : « Quand les journalistes m’emmerdent, je prends une participation dans leur canard et ensuite ils me foutent la paix. »

Et oui, mon pauvre Daniel Cohn-Bendit, inutile d’aboyer plus fort qu’Annie Duperey et te faire plus goujat que tu ne l’es (lui, son truc démago, c’est le tutoiement) : Macron a bel et bien été placé par cette oligarchie. De façon indirecte certes, puisque oui il y eut bel et bien des élections, mais oui bel et bien programmée fortement amont. Ne t’en déplaise cher rentier de Bruxelles.

Platon qui avait une vision pour le moins autoritaire de ce que pouvait être une République des Philosophes ne s’est pas trompé. Il ne connaissait alors ni le mot ni la fonction de « journaliste ». Aujourd’hui ce couple-là fonctionne parfaitement avec de sympathiques nonosses en guise de rétribution. Au service du tyran Denys de Syracuse, l’auteur du Banquet se faisait régulièrement tacler par une autre forme de cabot préférant sacrifier son confort à son indépendance : Diogène, figure inspirante du cynisme philosophique. Une chose est certaine : la posture du « en même temps » n’a absolument aucun rapport avec la pensée complexe, et son corollaire humaniste que défend un certain Edgar Morin.

Difficile à vrai dire de savoir si Crépuscule il y aura. Mais vite, vite, on ajoute aussi à ses lectures du moment, celles des fables du très actuel Jean de La Fontaine !

Le Loup reprit : « que me faudra-t-il faire ?
– Presque rien, dit le chien, donner la chasse aux gens
Portants bâtons et mendiants ;
Flatter ceux du logis,
A son maître complaire :
Moyennant quoi votre salaire
Sera force reliefs de toutes les façons :
Os de poulets, os de pigeons,
Sans parler de maintes caresses. »

(Le Loup et le Chien)

Publicités

Diogène, précurseur de l’action citoyenne. 

Juillet 2017. Il fait déjà bien chaud en France. Les feux de forêt n’ont pas encore ravagé le sud de la Provence. Mais je brûle d’un désir de bonne littérature après des mois et des mois de lie politico-médiatique. Dans cette superbe librairie d’Aubusson (La Licorne), je tombe en arrêt sur cet ouvrage sorti en mars 2017 : « Diogène le cynique » d’Étienne Helmer (édition Les Belles Lettres). Le titre m’intrigue : aucune précision sur l’angle de la thèse de l’auteur. Diogène, le cynique. Point. Sans fioriture ni double fond. A la lecture, Étienne Helmer n’a en fait pas d’autre visée que de nous présenter ce fameux Diogène comme un philosophe d’une extraordinaire modernité. En commençant par une mise au point d’importance : le sage de Sinope n’était nullement le « partisan d’une vie « conforme à la nature » (kata phusin), par opposition à une vie fondée sur la loi et la coutume (nomos, nomisma). » Philosopher comme un chien c’est, outre un style qui fait la part belle au franc parler (parrhèsia), mais précisément un projet de dépassement de cette antinomie apparente entre nature et conventions humaines. Le premier fait d’arme de Diogène pour créer cette rupture aura été la falsification de la monnaie (numisma) de Sinope, avec la complicité de son père qui était le banquier de la cité. L’image du tonneau pourrait donc faire passer Diogène pour un ermite. Les insultes et autres provocations pour un asocial. Il n’en est rien : «  les autres types de ponoi * psychiques volontaires que Diogène emploie sont, comme au niveau corporel, ces exercices d’endurance tels que l’aumône sollicitée auprès des statues «  pour s’exercer à essuyer des échecs » ou encore le fait très général de se refuser à mener une vie d’ermite et de persister à vivre au cœur de la cité, là où des forces contraires mettent à l’épreuve son idéal de liberté et, en un sens le rendent possible aussi. »

Ni ermite ni mondain, donc. Contrairement à son contemporain Platon qui fréquentait la cour de Denis de Syracuse, espérant infléchir le comportement du tyran par la raison. Entreprise qui échoua. Après avoir présenté ce que « philosopher comme un chien » veut réellement dire, l’auteur, par-delà « l’éthique de la liberté et de la simplicité » du sage prêchant une vie simple soustraite aux illusions du désir, nous propose de mieux appréhender son projet politique. Et là, force est de constater que « sa critique des valeurs sociales et sa puissance de dérangement (…) gardent toute leur actualité pour qui s’interroge sur les bienfaits et les méfaits de la croissance économique, sur les exclusions déchirant le monde humain. »

Avec notre projet de nouvelle revue Ressources, nous souhaitions initialement proposer un ambitieux dossier titré « Tout ne se joue pas dans les urnes ». Nous avons du réduire la voilure côté format. Mais sur le fond, nous restons convaincus que « le changement » ne commencera que par le bas. Avant la traditionnelle rentrée littéraire française de septembre, parmi les milliers de titres qui vont débouler, il peut être intéressant de se frotter à ce qu’est réellement, au-delà des images d’Épinal, loin de la doxa, la pensée en acte de Diogène et son message : sa République à lui est d’une incroyable modernité, d’une visionnaire pertinence au moment où les mouvements citoyens fleurissent partout au sein d’une France qui ne s’est certainement pas mise En Marche pour une nouvelle mascarade…

« Dans un contexte où la servitude est générale, l’éthique de Diogène propose un chemin individuel vers l’autosuffisance et la liberté, auquel lui-même sert de modèle. Fondée sur une refonte radicale de notre rapport à nos désirs, à nos représentations et à notre propre corps, cette libération individuelle signifie-t-elle pour autant que Diogène n’accorde nulle place au politique et au collectif dans cette démarche ? Serait-il comme beaucoup l’affirment, un penseur apolitique, voire antipolitique ? Il n’en est rien. A la différence de ce qu’on peut observer dans la pensée moderne et contemporaine, l’éthique individuelle et la politique collective sont étroitement liées pour la grande majorité des philosophes grecs : impossible ou presque, selon Platon, d’être un homme de bien dans un mauvais régime politique ; impossible ou très difficile, estime Aristote, d’être un bon citoyen sans être en même temps un homme moralement excellent, ce qui suppose que la cité soit aux mains d’un bon législateur. Si Diogène, on va le voir, n’échappe pas à cette tradition, il la modifie néanmoins en déplaçant le lieu du pouvoir du côté des individus ordinaires et non plus des seuls gouvernants, y compris quand il réfléchit à ce que serait un bon régime politique ou une bonne Constitution, ou qu’il critique les gouvernants. En montrant au individus comment se réapproprier leur liberté dans un contexte politique marqué par la violence et la servitude, il fait d’eux des agents politiques directement efficaces sur l’ensemble du corps social. »


*Ponoi : épreuves physiques ou morales. Le Ponos est involontaire quand il provient de la Fortune, volontaire quand Diogène le provoque en vue de renforcer sa résistance et d’être prêt à affronter les coups de la Fortune. En ce sens, le ponos est au coeur de l’ascèse cynique.

Crédit photo : Marie Robinson

 

%d blogueurs aiment cette page :