Archives des articles tagués combat

Queen1

Vénèr comme un 14 juillet…

Et bien voilà, un nouveau 14 juillet en France.

Il fait chaud en ce jour sacré du pays des bonnets rouges, très chaud. A Nice, le mercure a allègrement passé la barre des 30° Celsius.

Et je suis chaud, très chaud à l’intérieur.

Car mille et une Bastilles se sont dressées le temps d’en abattre une.

Oui, en ce 14 juillet 2015, je suis en état de révolution intérieure… Là depuis cette terrasse de café de l’avenue Borriglione.

Parce que des frères et des sœurs sont traités comme des terroristes, là, juste à côté de chez moi, à Vintimille. Des migrants pris pour des brigands.

Parce qu’un pays endetté qui demandait un soutien compatible avec un minimum de dignité vient de se faire pire qu’humilier selon le mot de Thomas Piketty : dépecer. Tout ça pour avoir droit à son euro quotidien.

Parce que sur les Champs Elysée ce matin comme chez Drucker hier, la grand-messe des super-flics de France n’en finit pas de psalmodier l’Evangile selon l’Etat policier. A Nice, nationale ou municipale, ils n’ont pas leur pareil pour embarquer le punk à chien, intimider le skateur ou verbaliser l’automobiliste en tongs. Bravo à eux !

Parce que dans l’école Fuon Cauda de Nice, un instituteur clairement identifié comme maltraitant passe entre les balles depuis vingt ans. Et que les élus locaux n’en ont cure. Que pèse la parole d’un enfant contre le corporatisme de l’Education Nationale ? Pauvre Dolto, pauvre Maria Montessori : ce mammouth-là est un monstre tout puissant.

Parce que « La France populaire trinque » selon le dernier Alternatives Economiques : 800 000 pauvres de plus entre 2008 et 2012 ! Parce que «  les 10% des ménages les plus fortunés disposent de près de la moitié de la richesse du pays, tandis que les 50% les moins fortunés n’en possèdent que 70% ». Parce que les enfants pauvres de France sont des enfants de pauvres. Parce que la reconduction des classes sociales ne s’est jamais aussi bien portée mon pauvre Bourdieu. Tout autant que la « violence symbolique » du reste… Je ne sais pas si la sociologie peut encore être un sport de combat. Mais j’ai ma petite idée pour le journalisme, bien cher mentor.

Parce que j’aperçois soudain depuis ma terrasse, cet indéboulonnable élu d’opposition qui marche avec un air si fier de lui-même, si plein de sa réussite sociale. Un homme qui doit bien dormir la nuit, il ne faut pas en douter. A l’approche du prochain grand rendez-vous électoral, les fameuses Régionales, tout va bien pour lui. « Il est là, il est content » pour reprendre une des grandes réplique du Dîner de Cons. Dans la pleine satisfaction de son (in)action quelle que puisse être l’issue des scrutins. Du reste, les trois grands blocs répondront présents en décembre prochain, par alliances interposées, ce qui est habile afin que chacun, à l’arrivée puisse se sentir concerné. Avec le même cirque habituel bien sûr : culpabilisation de l’abstentionniste, cris d’orfraies quant à la menace frontiste, j’en passe et des meilleures.

Oui, en état de révolution intérieure en ce 14 juillet 2015, donc.

Tant de mal a été fait dans ce pays, sur cette planète. Tant d’injustices et de monstruosités impunies.

Mes yeux se brouillent à cette seule pensée.

Mes poings se serrent aussi…

Tant de mal.

Mais aussi, tant de personnes qui se lèvent chaque matin en se préparant à accomplir le bien, à agir si modestement soit-il, chacun à son niveau, de façon bienveillante, respectueuse, positive, constructive…

Avec tout le mal qui a été perpétré sur cette si petite et si fragile planète, plus rouge que bleue, avec tout le mal qui continue à s’y réaliser, là juste derrière nos écrans, continuer à se lever le matin et accomplir sa petite part avec foi, bienveillance, et optimisme, est le plus grand miracle qu’il m’ait été donné à connaître depuis ce petit demi-siècle que je traîne mes baskets sur cette Terre.

Oui, nous mourons mille fois, cher Youssoupha (Mourir mille fois), mais flingués surtout à chaque fois par l’horreur, l’injuste, l’arbitraire. Et pourtant, étrangement, miraculeusement, nous renaissons mille fois également ! Curieux miracle que cette permanente et universelle résilience…

Dans cette tyrannie douce qu’est devenue et l’Europe et cette soi-disant terre des droits de l’homme que n’est plus l’Etat policier français de 2015, je suis plus que jamais en état d’insurrection…

Car je n’entends renoncer ni au combat ni à la politique dans son sens le plus étymologique. Oui, les affaires de la cité me concernent plus que jamais.

Car il me reste la plume,

Car il nous reste la société civile.

Nous ne couperons plus de tête,

Nous ne brûlerons aucun édifice.

Car si, contrairement aux apparences, nous n’avons jamais été aussi remontés, cher élu carriériste, cher eurocrate cynique, nous ne décrétons aujourd’hui que l’insurrection des consciences. Et sur ce terrain-là, sache que nous ne lâcherons rien.

Oui, sur ce versant-là du combat, camarade pantouflard, sache simplement que nous ne manquons pas de ressources.

 

 

 

 

Publicités

735142_4693013005536_979915841_n

Le Systema : embrasser le chaos…

Si vous vous promenez un dimanche matin à la Colline du Château de Nice, vous pourrez peut-être tomber sur un petit groupe de sportifs en train d’onduler au sol comme des vers ou bien livrés à une espèce de bagarre générale au ralenti. Mais quelle est donc cette secte étrange ? En fait, vous avez tout simplement la chance d’assister à un entraînement de Systema, art martial russe considéré aujourd’hui comme un des plus redoutables systèmes de self-défense au monde. Et qui est précisément tout sauf une secte mais bien au contraire un art libre et transparent, très proche de nos codes occidentaux.

Basé sur un art martial russe du Xe siècle, et donc héritier des techniques guerrières cosaques,  le Systema a été conçu à partir d’observations de scientifiques sur ces techniques de combat, et mis principalement au service des unités d’élite russes, notamment les fameuses Spetsnaz. Avec la chute de l’URSS, il est passé dans le civil. Instructeur certifié par Vladimir Vassiliev lui-même, représentant au niveau mondial le Ryabko Systema, Wilfrid Raimond l’enseigne à Nice à travers son association Bodhizen. Difficile de résumer cet art martial sans équivalent. Wilfrid Raimond le présente comme « un art corporel basé sur l’appropriation de principes et l’exploration des possibilités ». Tout d’abord, le Systema travaille bel et bien sur des principes et non sur des techniques. Approche qui le différencie des autres arts martiaux. En effet, l’entraînement n’y est pas répétition de techniques mais jeux visant à expérimenter des principes, notamment les quatre fondateurs. Premièrement, la respiration : consciente et continue. Ensuite, la posture : naturelle et alignée. Puis la détente : physique et mentale. Et enfin le mouvement : global et constant. Explorer les possibilités ? Là réside aussi selon Wilfrid Raimond une des grandes différences du Systema : « dans le Systema, on travaille la qualité de présence. Et l’accent est mis notamment sur la gestion émotionnelle : il ne faut pas sur-réagir, se défendre alors qu’on n’a pas encore été attaqué. C’est l’idée de concordance qui doit dominer et que nous travaillons à partir d’éducatifs où l’on veille à ne pas figer le corps mais à rester en permanence dans un esprit bienveillant. Il y a un vrai travail de fear control ! Il s’agit de travailler avec bienveillance mais sans complaisance. »  Et pour ça, rien ne doit être programmé alors que le plus important dans le Systema est précisément l’aptitude à gérer les contraintes : « Dans des exercices comme le flow-sparring, on développe l’aptitude à gérer l’imprévu. »

Globalité, spontanéité, liberté

Entrer dans la spontanéité… La démarche personnelle de Wilfrid Raimond, expert discret au CV martial impressionnant (Egalement instructeur certifié Wing Chun et Taiki-ken), est toute entière tournée vers une forme de libération de l’expression martiale dans le respect de principes reconnus depuis des siècles. Le terme Systema ne doit donc surtout pas faire peur : l’enjeu est de trouver son propre système ! Et cela sur les différentes formes de travail : au sol ou debout, avec un partenaire ou en mass attack (la fameuse rixe), avec armes ou sans. « Le Systema est l’approche la plus globale que j’ai jamais rencontrée » précise Wilfrid Raimond, qui est aussi passé par la case escrime et boxe française, « On y construit le « corps martial » au-delà des limites ». Dans cette optique de liberté, la « méthodologie adaptative » du Systema constitue une pédagogie très efficace : « dans les arts orientaux, l’élève doit s’adapter au maître. C’est toute la différence avec l’approche russe, plus adaptée aux européens. » Expliquer comment le Systema construit concrètement ce « corps martial » libéré nécessiterait plus qu’un article. On l’a compris, l’enjeu du travail est ici de libérer le corps et non d’accumuler des techniques : « La variété dont tu vas pouvoir faire preuve ne provient pas du nombre de techniques mémorisées mais de la liberté de mouvement » (Vladimir Vassiliev). (…)

(Début de l’article que j’ai réalisé pour le magazine Couleur Nice #19, Printemps 2014 – Suite et article intégral sur www.couleur-Nice.com, Couleur Sport)

Horaires et lieux de pratique à Nice : 06 27 79 58 93  http://www.taokwoon.com/

Crédit photo : Wilfrid Raimond, Bodhizen
%d blogueurs aiment cette page :