Le Tao, si politiquement actuel.

On régit un grand État

comme on fait frire un petit poisson ¹.

 

Si l’on veille sur le monde avec l’aide du Tao,

les mânes deviendront sans puissance.

Non seulement les mânes deviendront sans puissance,

mais aussi les esprits ne nuiront plus aux hommes.

Non seulement les esprits ne nuiront plus aux hommes,

mais aussi le souverain ne nuira pas aux hommes.

Si le souverain et les hommes ne se nuisent pas,

chacun en bénéficiera.

 

Lao-tseu, Tao-tö king LX

 

  1. De même que celui qui fait frire un petit poisson ne doit pas le remuer trop souvent, de même celui qui sait régir son État ne doit pas multiplier les ordonnances. Car quiconque remue trop souvent la friture risque de la mettre en miette ; quiconque multiplie les lois de l'État risque d'opprimer son peuple (Cf. le commentaire de Fan Ying-yuan cité par Tchou K'ien-tche, Lao-tsen kiao-she).

Crédit Photo : Reuters/ Benoit Tessier