Archives mensuelles de novembre, 2015

Capture d’écran 2015-11-20 à 19.49.40

SOUTENIR RESSOURCES QUAND HURLENT LES SIRÈNES…

Contrairement aux apparences, les attentats qui viennent de meurtrir la France n’ont pas « coupé la chique » de l’équipe de journalistes et de photographes du magazine RESSOURCES.
Il se trouve que notre fréquence de parution nous oblige à une distanciation évidente avec « l’actu chaude ». Et puis, nous ne sommes pas un newsmag généraliste. Surtout, notre ligne éditoriale nous porte plus volontiers vers les « faiseux », les créatifs culturels de tous bords, les acteurs azuréens d’un développement durable sincère et efficace.
Une vision positive de la société, fut-ce avec un regard critique.

C’est du reste un des nombreux dommages collatéraux de cette violence qui vient boucler cette année française comme elle avait commencé.

Pendant que l’état d’urgence récemment proclamé, dans une ambiance d’ « ébriété guerrière » (Le Monde Diplomatique), autorise le gouvernement à interdire toute manifestation, à commencer par celles liées à la COP21, le traumatisme collectif détourne toute une nation de tout autre sujet que ceux relatifs au décompte des morts et des blessés, à la traque des terroristes, à la surenchère des déclarations politiques… Cela est à la fois légitime eu égard à l’angoisse générée, mais également ambigu de la part de nombreux médias dont l’audience et les tirages décollent opportunément.

Dommage collatéral, donc, pour le magazine RESSOURCES dont le numéro 2 vient de sortir en kiosque le 30 octobre dernier et qui reste fidèle à sa ligne éditoriale. Laquelle se tient à l’écart du sensationnalisme morbide autant que de la superficialité consensuelle.

Bien chers lecteurs et sympathisants de notre magazine, nous avons plus que jamais besoin de vous pour implanter durablement ce magazine qui parle de votre région, la Côte d’Azur (Alpes-Maritimes, Var et Monaco), autour d’une vision exigeante du développement durable. Oui, autour de nous, des élus, des entreprises, des individus issus de la société civile, agissent au quotidien, avec créativité et souvent courage, pour que s’opère cette nécessaire « transition » à tous les niveaux.

RESSOURCES est un magazine indépendant.

Nous ne sommes
ni trendy ni trashy, ni baba ni bobo, ni vendu ni anti.

« Je milite pas tiens-toi bien pour l’extinction des dauphins, j’veux pas qu’ils meurent » chantait Bénabar dans Politiquement correct. C’est un bon résumé de l’approche engagée du journalisme façon RESSOURCES : au commencement était le bon sens…
La thèse de Naomi Klein dans son dernier ouvrage « Tout peut changer », est en substance que la question du climat est avant tout une opportunité sans précédent d’un changement de civilisation. La question n’est pas tant de savoir si nous survivrons ou pas à 2° ou 4° Celsius de hausse des températures. L’humanité y survivra. En tout cas une partie. La question est celle du comment.

Nous avons tous été choqués par ce vendredi 13 novembre 2015 parisien. Aucune fatalité dans ce vendredi 13 là : les racines de ce malheur sont peut-être complexes, elles n’en restent pas moins analysables. Il est temps peut-être de se ressaisir. De nous extirper du hurlement des sirènes, des images morbides. De délaisser l’anxiogène pour l’encourageant. De nous nourrir à nouveau d’une information porteuse d’espoir.

RESSOURCES est un magazine indépendant mais fragile qui a besoin de vous, bien chère communauté de lecteurs et de sympathisants.

Vous souhaitez soutenir efficacement le 1er magazine de l’actualité développement durable de la Côte d’Azur ?
Alors, n’hésitez pas : ABONNEZ-VOUS

Merci par avance de ce soutien durable.

Stéphane Robinson
Cofondateur du magazine RESSOURCES
Rédacteur en Chef

Publicités

COUV EXE RIMBAUD

Quand Claude Jeancolas piste Rimbaud l’Africain

Le 10 novembre à 10 heures du matin. C’était en 1891. Arthur Rimbaud, le génial sale gosse de la poésie française, rendait l’âme à 37 ans. 10 mois. C’est le temps qu’il m’aura fallu pour déguster mon cadeau de Noël de l’année dernière : le livre « Rimbaud l’africain » de Claude Jeancolas (Editions Textuel). Entretemps, le magazine Ressources est entré dans ma vie. Je ne sais pas s’il faut jouer le 10 aujourd’hui à la Loterie Nationale, mais je sais que le destin de cet homme me fascine depuis ma prime jeunesse. Pour des raisons certainement très personnelles, et qui donc n’ont aucun intérêt sur le présent blog. J’ai voulu savoir, au-delà d’une vision fantasmée, romantique, quelle avait été réellement la vie de cet homme après son renoncement à la poésie. Claude Jeancolas, en spécialiste passionné de Rimbaud, y répond à merveille.

Arthur Rimbaud n’a pas été un petit boutiquier, menant de petits business minables au Yémen et en Abyssinie. Non, par la force de son caractère, sa droiture, son désir d’intégration, sa simplicité, il est devenu entre 1880 et 1891, un véritable notable, accueilli et respecté par les grandes maisons de commerce d’alors autant que par le pouvoir en place, notamment Ménélik II, roi d’Ethiopie. Le temps me manque pour une fiche de lecture synthétique de ce pavé de 642 pages. Ressources encore et encore… Mais oui, j’ai eu mes réponses, à travers les commentaires de tous ceux qui l’ont croisé dans cette seconde vie africaine. Rimbaud était un être à la fois taciturne et irrésistiblement drôle, à l’humour piquant. Son renoncement à l’écriture ne fut pas sans tourments intérieurs, sans souffrance. Mais alors que ses textes commençaient enfin à trouver reconnaissance en France, il se sentait définitivement lié à la terre abyssine. A Harar en particulier. Je suis heureux d’avoir vraiment rencontré cet être complexe et voudrais juste vous faire partager ici un passage de ce livre qui exprime aussi sa soif de liberté, jusque dans son rapport à la spiritualité. Dimension qui est la raison d’être de ce blog, au risque de me répéter.

« Que son frère ait eu la visite d’un aumônier de l’hôpital ce dimanche 25 octobre est indubitable, plutôt à la demande d’Isabelle (la sœur d’Arthur Rimbaud, NDLR). Qu’il y ait eu entre Arthur et lui une conversation lucide est possible, Isabelle dit que ce matin-là, il était « calme et en pleine connaissance ». Elle poursuit : « Quand le prêtre est sorti, il m’a dit, en me regardant d’un air troublé, d’un air étrange : « Votre frère à la foi, mon enfant, que nous disiez-vous donc ? Il a la foi, et je n’ai jamais vu de foi de cette qualité ! » (…) Certains de ceux qui l’approchent ces mois témoignent de son anticléricalisme toujours vif. Eugène Mény : « Il était libre-penseur au fond et se moquait des bigoteries de sa mère et de sa sœur. » Maurice Riès rapporte « que sur son lit à l’hôpital le poète des Illuminations blasphémait et jurait comme un païen ». (…) Ce comportement ne veut pas dire qu’il ne croit pas en Dieu. Mais il exige de Dieu la liberté qui est la plus grande dignité de l’homme. Toute sa vie, et toute sa poésie, aura été une quête spirituelle. Quand il écrit : « Je suis esclave de mon baptême » et poursuit : « Parents vous avez fait mon malheur et vous avez fait le vôtre. Pauvre innocents ! – L’enfer ne peut attaquer les païens. » Le baptême lui a inoculé la conscience du bien et du mal et la nécessité du salut. Heureux les païens, car n’ayant pas été ainsi informés, ils ne pourront être condamnés. Oh ! Le sort enviable de celui qui ignore, il sera forcément sauvé et ne connaîtra pas l’enfer. Sans interdits et sans devoirs imposés, il peut connaître « le salut dans la liberté », le seul vrai bonheur. Et le narrateur de la Saison rêve de rejoindre la patrie des enfants de Cham. Le narrateur, on le sait, est Rimbaud lui-même, sa fascination de l’Afrique est bien antérieure au séjour africain, elle naquit en partie de ce rêve d’enfant. C’est ce qu’il a dû raconter à l’aumônier : sa quête, sa générosité, sa compassion… et son rejet de toute chaîne. Dieu ne peut avoir voulu enchaîner ceux qu’il a créés, s’il les aime. L’interlocuteur avait eu l’intelligence de voir dans cette honnêteté les bases de la foi. La foi n’est pas engourdissement dans les rites, les recettes et les habitudes… Elle est questionnement continuel et confiance en Dieu. Il fut ébranlé car c’était en même temps en effet une grande remise en cause de l’Église dont il était le clerc. »

%d blogueurs aiment cette page :