candles

DES MOTS BLEU pour un ami…

Un ami que j’apprécie beaucoup a perdu hier un être cher. Un père, un mari, un grand-père. Dans le recueil DES MOTS BLEU que je présente dans le post précédent se trouve un texte qui m’a particulièrement touché sur ce thème de la « disparition ». Ce texte était là, prêt à être lu. Il me semble si vrai, dans mon propre vécu. Et si rassérénant à la fois. J’aurais aimé l’écrire. Pour toi Laurent, donc.

Il sculpte le silence

Ce sont des moments où le silence se sculpte. Il façonne quelque chose. L’on sait tous que les mots ne feraient que dire leurs limites, leur embarras. Un mauvais maquillage. Alors il y a les regards. Les gestes.

Ce sont des moments où le silence est noble. Il affiche sa dignité, sa force aussi. Il est plein de beaucoup, il est comme l’amour, il y en a pour tout le monde. Ce sont des moments où même humides, les regards sont clairs. Où même affaissées, les épaules sont droites.

L’on est ailleurs.

L’on mange sans faim.

L’on s’en fout de boire un peu trop, de fumer un peu trop.

L’on est ensemble. Proches. Réunis.

Un de nous s’en est allé et il est dans toutes les têtes.

Il sculpte le silence.

(Didier Jacquot, DES MOTS BLEU, 2014)

Publicités