Employees of Gaza City's al-Deira hotel take care of a wounded boy -  gaza port shelling

Gaza : la guerre des lâches.

Bien sûr, il est bon de rappeler qu’il y a quand même un sérieux déséquilibre dans le rapport de force entre Gaza et Etat d’Israël, et c’est ce que fait très bien d’ailleurs cet excellent article de Slate,  Gaza : les manœuvres fatales d’Israël. Oui, la réponse est disproportionnée avec une victime israélienne sur la seule roquette ayant réussi à atteindre son but et les 200 morts gazaouis pour cause de pilonnage aérien sans état d’âme pour les civils.

Mais les 4 enfants tués sur la plage m’invitent à prendre la parole pour rappeler que non seulement ce conflit est un conflit de monstres comme le démontre tout aussi pertinemment Mediapart (Likoud-Hamas, la guerre des monstres), mais que c’est surtout une guerre de lâches. Bombarder depuis son avion, poser des mines, balancer des roquettes… Oui, tous lâches les Hamas, Likoud, mais aussi les marchands d’armes du monde entier, à commencer chez nous par les Dassault, Matra… J’en veux profondément à cette lâcheté qu’on veut nous faire passer pour du courage guerrier.

Non, messieurs les partis durs et les marchands de mort, vous n’êtes pas des guerriers ! Les vrais guerriers sont rares et n’existent d’ailleurs quasiment plus. A cause de votre lâcheté et de votre haine enkystée, nos sociétés déjà déprimées se remettent à chercher des poux dans la tête du voisin. A cause de vous, on entend à nouveau les pires propos antisémites, on refait des amalgames entre islam et islamisme, l’Etat policier français se sent à nouveau obligé de durcir le ton avec sa population maghrébine. On retouche à nouveau aux libertés fondamentales : le droit à manifester sans passer par la case  permission. Oui, le canon de tous ces lâches couvre à nouveau les voix des pacifistes de tous bords, qu’ils soient juifs ou arabes.

J’ai lé dégoût de cette lâcheté. Le plus grand mépris même en tant que pratiquant d’arts martiaux. Du reste, nous ne faisions pas mieux les européens il y a 70 ans quand ça pilonnait sans état d’âme au-dessus de Londres, des villes normandes, de Berlin…  Sans parler du grand courage américain de son Little Boy au Japon. Les civils ? Leur souffrance terrible et injuste ? Des dommages collatéraux, ma bonne dame.

Je prie aujourd’hui pour que la nécessaire manifestation pro-palestinienne actuellement en cours à Paris, à l’heure où j’écris ces lignes, se déroule dignement, dans la paix et la sérénité. Oui, cette guerre des lâches me dégoûte. Le dernier Samouraï est bien mort depuis longtemps. Où est passé le courage ? Où sont passés les vrais guerriers ? A commencer par ceux de la paix ?…

« En somme, tu viens de découvrir que tu n’es pas un homme d’affaires.

– Un homme, c’est tout.

– C’est une race très ancienne.

– Mais d’autres Morton viendront et essaieront de l’éteindre. »

(Il était une fois dans l’Ouest, duel de fin)

Crédit photo : Thomas Coex/AFP/Getty Images
Publicités