fdsp1re2

Pour toi blogueur…

Ce post vient boucler un triptyque consacré à ce temps qui parfois nous manque et ces temps-ci m’asphyxie. Entamé avec « Le Maître-Temps » d’Andrée Chedid, suivi de près par « Dépassé », ce troisième volet parle de toi, oui de toi blogueur.

Le rapport ? Il est très simple. La blogosphère est une petite planète où pullulent une quantité invraisemblable de publications goûtues. Par un jeu d’affinités électives, je me suis naturellement retrouvé à suivre un certain nombre de blogueuses et blogueurs tournés vers la chose écrite : des gens qui en pincent pour le verbe, en format court ou long, en prose ou en rime, avec ou sans illustration… Mais je suis de près également des blogs de photographes, d’illustrateurs, et même d’élus très engagés dans la vie de leur cité. Que de talents exprimés ! Suivre une publication, de près ou de loin c’est aussi, pour le blogueur que je suis, être moi-même suivi. Un petit nombre d’abonnés et de fidèles valident leur lecture de mes posts en « aimant » ou en commentant, ou les deux. Je ne mérite pas tant d’attentions car je reste… un dilettante du 2.0

Oui, suivre de près ou de loin, telle est la question…

Je voulais te dire, blogueuse, blogueur, que je ne suis pas un assidu de la blogosphère. Je produis régulièrement certes, mais peu ; disons tous les 10 jours en moyenne. Et puis, je n’ai pas le temps non plus de suivre avec constance tes publications. Il y en a tant à voir, à lire, et de si grande qualité. Et tu produis plus vite que ton ombre ! Et je ne suis pas encore rentier. Du matin au soir, en mercenaire de la plume et du neurone, j’écris, j’interviewe, je réfléchis, je conçois, je forme… Loin de toi, blogueuse. Déconnecté de toi, blogueur.

Alors voilà, ce post est pour toi blogueur. Pour toi Singulier Pluriel, pour toi Vous Tombez Pile, pour toi Polinacide, pour toi Tarot Psychologique, pour toi Blue, Pour toi Louis-Paul, pour toi Existence, pour toi Au coeur de l’Artiste, pour toi Histoire de Voir, pour toi Le Carnet Bleu… pour toi… Saches que j’adore ton trip, tes mots, ton phrasé, tes réflexions, tes images, tes photos, ton univers… Mais je suis accaparé également par tant d’autres responsabilités et missions, et je n’ai pas toujours le temps de te dire que ton blog, tes post me font vraiment du bien. Parfois, je passe sans même que tu le saches, à moins que tes stats ne soient super affûtées.

Je voulais juste te remercier d’exister et te demander de ne pas compter sur moi pour te le dire aussi souvent que tu le mérites.

Voilà, c’était une déclaration, comme ça. Ma déclaration.

Pour toi blogueuse, pour toi blogueur…

Publicités