Girl with umbrella at field in retro style

Les ténèbres passent…

Ni encarté ni non-engagé, ni bigot ni anticlérical, ni matérialiste ni new-age… Sans Adjectif, en backstage, c’est bien du garanti non-étiqueté. Pas de tromperie sur la marchandise, soyez-en assuré ! Ce petit rappel juste pour donner le cadre de ce court post, conçu dans le prolongement de mes voeux de la semaine dernière : je ne suis, dans le même esprit, ni fanatique ni athée. Voilà, c’est dit.

Dans nos sociétés occidentales déchristianisées, on est assuré de ne choquer personne dans une soirée en se référant aux penseurs grecs, au Tao, à la Bhagavad-Gita, au chamanisme… C’est une autre paire de manches dès lors qu’il s’agit de se référer aux trois grandes religions du Livre. Et plus particulièrement donc au christianisme. Je crois personnellement qu’il faut rester dans le même esprit dépassionné qui nous fait citer un Han Shan ou un Diogène : croyant ou pas, la Bible est aussi une source de sagesse qui fait partie de notre culture. Ne nous sentons pas obligé de jeter le bébé avec l’eau du bain parce-que trop de sang a entaché l’histoire de ces religions-là. Bref, je voulais donc juste, alors que les jours recommencent enfin à croître, et que la sinistrose ambiante s’est pris une première petite claque avec la fin de la fin du monde (fut-ce provisoirement), évoquer une parole d’espoir aussi en ce début 2013. Et puisque cette lumière qui regrignote au-moins astronomiquement sur les ténébres culmine fin juin avec les feux de la Saint-Jean, c’est dans l’Evangile de saint Jean que je puise cette sage et/ou inspirée (selon les sensibilités de chacun à l’égard du numineux) parole d’espoir :

« Les ténèbres passent et déjà luit la lumière véritable ».  (1 Jean 2,8)

Publicités