1184993

Vœux 2013 : liberté, égalité, sorellité.

Bonjour, me revoilà donc après avoir débranché des réseaux entre deux posts : une liberté qu’il faut savoir s’accorder aujourd’hui dans ce monde en connection non-stop, et qui nous culpabiliserait presque de ne pas avoir consulté nos messages dans l’heure écoulée. Me revoilà donc, et revoilà aussi le 1er janvier. Ses gueules de bois, ses foies fatigués, ses rues désertes, ses sapins défraîchis… Oui, mais aussi ses vœux et ses (bonnes) résolutions ! Autant de pensées positives que l’on adresse, respectivement, aux autres et à soi-même. Pas question pour moi de faire bande à part : je profite de ce tout premier post de l’année 2013  pour formuler un vœu. Oui, « un » vœu…

Pour cette nouvelle année, il est un vœu que je souhaiterais formuler au regard de l’actualité récente. Je pense ce faisant à cette femme martyr que l’on appelle désormais « la fille de l’Inde ». Je souhaite de toute mon âme et de tout mon cœur, que le genre humain puisse réussir à régler son problème avec la femme. Puisse cette année 2013 permettre l’avènement de vraies avancées quant à la condition de la femme sur cette planète.

Pour Malraux, ce XXIème siècle doit être spirituel ou ne pas être. Personnellement, je tiens pour certitude qu’il faudra au préalable qu’il soit féminin : aucune avancée humaine digne de ce nom ne pourra plus se faire avant que d’avoir définitivement résolu le rapport hommes/femmes. On pourra toujours inventer de nouveaux gadgets communicants ultra-sophistiqués ou même résoudre mathématiquement l’énigme de l’anti-matière, la question de la femme est actuellement la clé pour gravir le prochain échelon de notre évolution. La prochaine grande aventure de l’espace est une ballade sur Mars ? Je crois qu’il est plus fondamental pour l’heure de nous pencher sur le cas Vénus.

Car comme si l’histoire de cette étudiante indienne violée et battue dans un bus de New Delhi n’était pas assez choquante, les statistiques nous rappellent une réalité crue et violente : en Inde, 90% des crimes violents enregistrés en 2011 avaient pour cible une femme. Partout dans le monde, les mêmes constats, et pas seulement au niveau de la violence physique : inégalités des salaires, emplois précaires, harcèlement…

Force brute, violence, sauvagerie, grossièreté, vulgarité, compétition, logique prédatrice… Oui, Renaud, je te suis bien quand tu dis que « aucune femme sur la planète ne s’ra jamais plus con que son frère ». Et je pense comme Pierre Rabhi que ces valeurs masculines qui dominent notre monde depuis si longtemps sont non seulement créatrices de souffrance mais également responsables de notre stagnation au statut d’hominidé hyper-outillé. Oui, depuis très longtemps, la condition de la femme et le rapport hommes/femmes est pour moi un indicateur d’évolution des sociétés humaines. Tout changement de paradigme passera obligatoirement par cette case.

Dans l’actualité récente également, cette nouvelle tuerie dans une école américaine. Le débat engagé concerne le fait d’armer ou non les professeurs. On croit rêver. Ou bien cette autre fille de l’Inde, une fillette cette fois, qui vient déposer plainte suite à un viol : le policier lui conseille de se marier avec son agresseur. C’est vraiment pas gagné.

Bien cher Malraux, je crois vraiment qu’avant de se réconcilier avec Dieu, notre nature christique, notre bouddha intérieur, notre Moi supérieur, notre Atman, ou que sais-je encore, il est beaucoup plus urgent pour le genre sapiens de s’harmoniser avec sa sœur. Il n’est qu’à constater l’androcentrisme affligeant des grandes religions pour s’en convaincre. Une femme y est une sainte, une mère ou une pute.

Regarde homme archaïque comment la femme cherche à nous hisser vers le haut de ses valeurs de tendresse, de raffinement, de courtoisie, de douceur, de compassion… Comprends qu’elle n’a pas le monopole de ces valeurs pas plus que la gent masculine ne détient celui du courage, de la combattivité, de l’endurance, de l’ingéniosité… Libère-toi, brute épaisse : détruis ce mur intérieur qui t’empêche de voir la douceur comme une force. Toi aussi, apprends à te faire vallée. Baisse la garde, grand singe, et accueille le féminin qui est en toi : cet « anima » qui ne demande qu’à animer enfin l’Homme complet que tu es censé devenir, et que tu n’es pas encore malgré tes fusées et tes lasers, tes fibres optiques et tes iphones, tes tweets et tes blogs.

Avec la censure par le Conseil Constitutionnel de la taxe à 75%, on a pu voir une nouvelle fois à quel point en France le fameux « mur de l’argent » reste inattaquable. Bien plus difficile à faire tomber est « le mur de la gent »…

En ce 1er janvier 2013, je souhaite qu’un nombre élevé d’hommes, à tous les niveaux de la société, sauront détruire cette année ce mur intérieur, pour enfin reconnaître leur sœur comme leur égale. Et la respecter comme telle. Puisse l’infinie tendresse féminine se révéler dans le cœur des hommes aux comportements les plus archaïques. Puisque la femme est l’avenir de l’Homme (Aragon)…

Très bonne année à toutes et à tous !

(Crédit photo : SAJJAD HUSSAIN / AFP) 

Publicités