488px-Raffael_062

Libre car sobre…

Entre deux charrettes (travail en apnée longue et en eau très profonde), petite pause philosofable avec un grand champion de la liberté : le philosophe grec Diogène. Qu’on ne présente plus, fut-ce aux plus jeunes. Qui ne  connaît en effet son tonneau résidentiel, son humaine lanterne, son héliotropisme impertinent, ses répliques qui ont du chien ? Et les lentilles, ça vous dit quelque chose ? Une légumineuse aux vertus anti-servilité selon Diogène. Retour sur une histoire très courte mais très actuelle sur la corrélation quasi-mathématique entre liberté et sobriété. Voyez Pluto (Génération Les Nuls, désolé)…

Or donc, Diogène soupait ce soir-là d’un frugal plat de lentilles. Mais voilà que Le philosophe Aristippe se présente à lui. Courtisan du roi, ce dernier menait alors une existence des plus dorées ! C’est donc non sans mépris qu’il apostrophe notre cynique amateur de lentilles :

– Vois-tu, si tu apprenais à ramper devant le roi, tu ne serais pas obligé de te contenter de déchets tel que ce plat de lentilles.

Diogène ne releva même pas la tête pour sa réponse :

– Vois-tu, si tu avais appris à te contenter de lentilles, tu n’aurais pas à ramper devant le Roi !

Publicités