Déconnection…

Bon, on a quand même été très sérieux ces derniers temps, non ? Et hop, hop, hop !… poésie. D’automne.

FONTIS

Le raisin a pour patrie

Les doigts de la vendangeuse.

Mais elle, qui a-t-elle,

Passé l’étroit sentier de la vigne cruelle ?

Le rosaire de la grappe ;

Au soir le très haut fruit couchant qui saigne

La dernière étincelle.

René Char

(La Parole en archipel)

Publicités